Adeline Danjou la passion du bricolage

J’ai la passion du bricolage

Adeline Danjou « Recycl’Art »

Adeline Danjou n’a pas échappé à cette forme de règle. Finalement, son avenir, elle le cernait mal. Elle a d’abord obtenu un BEP de mécanique générale, passé « par curiosité ». Un an de vidanges, de nettoyage de voitures pour la vente. Mais ce qu’elle voulait, c’était aider. Quoi de mieux que l’aide à la personne, dix ans de satisfaction. Sa passion du bricolage la démange pourtant. Le déclic, ce fut peut-être une lampe de cocher, patiemment transformée. « Fais-en ton métier, m’ont dit mes amis, vend ce que tu crées ». Pas sot ! C’est ainsi qu’est né Reclycl’Art Atelier.

Transformer est aussi un art.

« J’aime que ça bouge, je suis curieuse. Alors, donner une seconde vie à des objets destinés au rebut, j’ai mis un peu de temps à rencontrer ma vocation ». Dès lors, elle furète dans les brocantes et les vide-greniers pour trouver cette matière, des objets utilitaires, insolites, en bois, en ferraille, mais pas en cuivre, « ça ne m’attire pas ».

Création Adeline Danjou

Elle ne sait pas ce qu’elle va en faire, mais elle sait que ça deviendra quelque chose. Son imagination est sans cesse en éveil, quand elle chine, découpe, transforme, ponce, assemble. C’est fou ce qu’on peut faire avec une palette, un tonneau, un sac en jute.

Une table de salon, un bar, un barbecue, un vide poche original, la liste n’est pas exhaustive. Rien ne se crée, tout se transforme ! Mais ce qu’aime cette artiste, ce sont les lampes.

Elle détourne des phares de voitures, des boules de billard, des chignoles, de petites batteries et toutes sortes d’objets dont l’immensité d’entre nous destinerait sans hésiter à la déchetterie. Ses lampes ont un côté retro. Avec les vieilleries, elle éclaire le bureau, décore un salon, fournit l’éclairage pour la lecture au lit.

Ne jetez plus vos vieilleries, confiez les lui.

Sa démarche est évidemment dans l’air du temps, recyclage, écologie, développement durable, recherche de produits naturels pour teinter, vernir. Ses détournements d’objets, c’est du recyclage artistique. Car Adeline Danjou ne manque pas de talent. D’abord, elle montra son travail sur les brocantes. Ce qu’elle fait peu désormais. Une boutique d’artistes, au Mont noir, lui a fait une place. Des galeries sont intéressées par son œil bricoleur. Mais il faut trouver le juste milieu entre le prix de vente et la commission du marchand d’art.

Recycl’Art

Dans son atelier perdu au fond d’un chemin à Enquin-les-Guinegatte où son âme de bricoleuse hors norme s’épanouit, des trésors attendent d’être découpés, assemblés, soudés. Des vestiaires deviendront peut-être des meubles-télé. Mais qui sait ce que qu’elle fera de ce landau en fil, des engrenages, du vélo d’enfant ? Une calandre, des roues dentées, une malle, des portes anciennes, ces sièges de coiffure qui viennent d’arriver, c’est autant de merveilles à venir. Son œil pétille rien que d’y penser. Finalement, le plus incongru c’est sans doute ces chaises en plastique autour du bar. Mais être assis pour papoter autour d’un café, c’est mieux. Et puis, il faut bien aussi vivre avec son temps. Même s’il n’est pas que beauté.

Adeline DANJOU. 06 38 41 99 69. www.recyclartatelier.com (adeline.danjou@free.fr)