Ajmal Panchoo : un quotidien consacré aux autres.

un agenda qui en affolera plus d'un. Mais il le tient...

Dire qu’Ajmal Panchoo est très occupé est un euphémisme. Son agenda est noir de rendez-vous. Des patients « ordinaires », des handicapés, parfois aux pathologies très lourdes pour lesquels le cabinet est ouvert spécialement le jeudi. Il en vient de Belgique, d’Angleterre, où ils sont en maisons spécialisées. De la Région parisienne, de Bordeaux même. La réputation, le sens du soin du Docteur Panchoo a largement dépassé les limites du département. « Il travaille parfois le dimanche, quand il n’y a pas d’autre solution » révèle son assistante, prend à peine le temps de déjeuner. « Parfois », dit-il, « je travaille plus d’une heure pour un soin à 23 €. Le but n’est pas d’être riche, même si je commence à gagner correctement ma vie ». Au point de penser un peu à lui, en prenant quelques jours de vacances. A l’île Maurice, peut-être…

L’association Ajmal Panchoo

Edmond Stawski la préside. Cet ancien informaticien a rencontré le Dr Panchoo quand il a soigné son épouse, lourdement hnadicapée. Il a été séduit par son projet. L’association vise à favoriser l’accès aux soins aux plus fragiles, à accompagner ceux qui ont une phobie du dentiste, ou dont l’état physique, mental, prive d’un accès classique aux soins. « Mais ce que le docteur Panchoo souhaite surtout, c’est former de jeunes confrères, des étudiants de dernière année, à ses méthodes, comme il avait commencé à le faire au CHR de Lille. Un savoir-faire qui pourrait ensuite être démultiplié à travers le monde et faire des petits ».

Un autre volet vise à travailler sur la douleur. Des outils existent déjà pour la mesurer, aider, soulager  ceux qui ne peuvent pas communiquer. Mais ils qui ne sont pas toujours adaptés à la chirurgie dentaire. Des recherches qui pourraient passer par des Starts up.

Et puis, il y a cette idée de soins « à domicile », une unité mobile qui pourrait être un outil formidable dans les maisons de retraite, ou plus généralement faire le pas vers ceux qui n’ont pas toujours le moyen technique, ou physique, d’aller vers les soins. Mais il faut la financer, et il ne faut pas tout attendre  des organismes publics, des décideurs politiques. Une cagnotte est ouverte sur Leetchi « association Ajmal Panchoo ». Les dons sont les bienvenus.

L’association Ajmal Panchoo n’a pas été créée « pour sa gloire », mais autour de ses compétences, pour les faire connaître, les développer.

Elle a reçu le soutien d’un chirurgien dentiste orthodontiste installé à Taïwan, Kamel Banaissa, qui en est devenu vice-président, de praticiens reconnus, un ancien professeur de chirurgie dentaire lillois, un neurologue du CHR d’Arras, des médecins généralistes. Des gens sérieux qui n’auraient pas donné crédit à un projet utopique, ou fantaisiste.

Pourquoi ne pas le faire ici, dans votre île, lui a suggéré la présidente de l’île Maurice ? Avec d’autres, pourquoi pas, mais « le ici » du Dr Panchoo est désormais Aire-sur-la-Lys. Il veut y développer un cabinet pour la formation, l’accueil des patients. Il a déniché le lieu, le bâtiment. Avec lui, l’association  étudie les solutions juridiques, cherche des financements, privés, publics.

C’est un travail de longue haleine, sans doute des habitudes à bousculer, des codes à casser, une réflexion à mener dans le respect de tous et de la déontologie. Dont le seul but de faire le bien.

Edmond Stawski 06 80 41 26 26. association.ajmalpanchoo@laposte.net

Page Facebook association Ajmal Panchoo