Bernard Coppey, Ociné

UN COMPLEXE MULTI-SALLES, MAIS C’EST L’AVENIR !

La Ville de Saint-Omer voit d’un mauvais ŒIL

     Dans la capitale belge, il visite un cinéma de nouvelle génération. C’est Kinépolis, 25 écrans, un immense parking autour du lieu de diffusion, à l’extérieur de la ville. Mais voilà l’avenir ! Il lui faut un terrain.

   Il le trouve à Longuenesse, face à la gendarmerie, aujourd’hui La Mélodie. Il veut un complexe cinéma, des commerces, des restaurants, une salle de spectacle. Les politiques locaux y sont favorables. Mais pas Saint-Omer qui a compris ce que représenterait la perte du cinéma pour son centre-ville. Le district, la CAPSO de l’époque, préempte le terrain. Le projet est mort-né..

Bernard Coppey espérait une nouvelle implantation sur un terrain vague face à la gendarmerie, mais en vain...

MAIS QUE DEVIENT LA GARE ROUTIERE ?

    La ville de Saint-Omer n’est pas contre un complexe, mais elle le veut au cœur de la vie. Elle met en relation Bernard Coppey et SARFI (Bouygues) pour étudier cette possibilité sur le site de l’ancienne gare routière, fermée et occupée par le syndicat d’initiative. Des promoteurs l’ont en point de mire : hôtel, logements, salle de congrès…Le projet de B. Coppey recueille l’adhésion, les collectivités vont même l’aider pour compenser les contraintes financières liées au centre-ville. C’est une jolie construction en briques jaunes qui sort de terre. Le cinéma de la rue d’Arras ferme après la diffusion du Titanic. Un vrai clin d’œil.

DE 90 000 à 375 000 SPECTATEURS

    Le nouveau ouvre ses portes les 15 décembre 1998. C’est Ociné. Le succès est immédiat et ne s’est jamais démenti. En 2018, ses fauteuils confortables ont accueilli un peu plus de 375 000 spectateurs.

    Il est devenu un lieu de divertissement incontournable, faisant battre le cœur des Audomarois, dynamisant le commerce local. La ténacité, la vision à long terme de Monsieur et Madame Coppey ont eu raison de toutes les embûches. Comme d’autres bâtisseurs qui ont façonné la ville et laissé une trace dans le patrimoine, eux aussi ont apporté une magnifique pierre à l’édifice.

L'acteur de cinéma,Jean-Paul Rouve, à Ociné Saint-Omer
Ociné Saint-Omer

DES TEMPLIERS SOUS LE CINEMA ?

    L’action se situe à Saint Omer… Par un brumeux matin d’automne, on retrouve sur les voies ferrées, non loin de la gare, le cadavre d’un homme, déchiqueté par un train… Fait sordide, le cadavre reconstitué présente deux pieds gauches… A partir de là, un journaliste local et passionné par l’histoire de sa ville, entame une enquête qui le mènera tout d’abord dans la banlieue parisienne, chez la veuve de la victime, une physicienne qui lui apprend que son mari, Joel Labuissière, journaliste lui aussi, enquêtait sur des sociétés secrètes tenant assemblées dans des salles souterraines situées dans le sous-sol de Saint Omer, aux alentours de la cathédrale… On a d’ailleurs retrouvé, lors des travaux de construction du nouveau cinéma « Ociné », 

L'esplanade : vue sur le château seigneurial

les vestiges de l’ancien château seigneurial, ouvrant sur de nombreux souterrains… Le tout a été comblé précipitamment ! Source : Saint-Omer et l’Enigme du Saint Graal par Stéphane Delaine de Wizernes.