L’ancienne maison des chanoines du chapitre de la Cathédrale de Saint Omer fait peau neuve

Du jardin du Syndicat d'Initiative : vue sur le côté nord de la cathédrale

Depuis quelques années, nous assistons avec bonheur à une rénovation de l’Enclos Notre Dame.

Les pavés neufs des voies qui mènent à la cathédrale rendent toute promenade agréable lorsque l’on se dirige vers cet édifice qui a lui-même fait l’objet d’une complète réfection. Depuis peu, la façade Nord désormais éclatante, nous accueille avec magnificence.

Cette face septentrionale forme aussi un décor exceptionnel aux yeux des touristes et résidents qui flânent aux abords de l’office de tourisme désormais placé au beau milieu d’un remarquable écrin de verdure.

Ainsi, des volontés diverses se conjuguent pour que cet espace historique demeure l’un des joyaux de Saint Omer. Les pouvoirs publics certes, mais aussi des personnes privées qui rénovent leur façade et mettent en valeur les éléments architecturaux de leur habitation. Certains en font même leur projet de vie. 

En effet, deux passionnés d’art et d’histoire se sont lancés dernièrement  dans la rénovation de l’ancien chapitre. Nous vous contons ici l’aventure de Jean-Luc et Frédrik 

Le bastion de Thiennes, une histoire récente (2)

Ici, je me ressource, explique Jean-Pierre Grioche, j'oublie les bruits de la ville. Avec Maryse, il aime aussi à se poser près de la cheminée explique Jean-Pierre Grioche.

Vous avez été très nombreux à vous intéresser à l’histoire du bastion de Thiennes, à Aire sur la Lys, publiée la semaine dernière. Nous poursuivons la présentation de ce monument historique qui a traversé la temps. Jean-Pierre Grioche assure aujourd’hui l’entretien de ce bâtiment chargé d’histoire au travers d’expositions et spectacles notamment. 

Le bastion de Thiennes, outil de défense et lieu de fête

On distingue aussi l'ancienne accroche du rempart (à G) qui a servi à combler les douves

Le bastion de Thiennes, parce qu’il couvrait le chemin qui menait d’Aire vers cette commune du nord de l’autre côté de la Lys, est un rescapé. Il n’a pas survécu au démantèlement des fortifications pour sa beauté, mais pour son utilité.