Chemin de Mémoire

Pour ne pas oublier l’interminable souffrance

En 1996, la machine agricole d’un agriculteur de Loos-en-Gohelle, près de Liévin, bute sur le corps d’un poilu. C’est habituel sur ces terres qui ont souffert des combats. Depuis 1918, les champs du Nord de la France comme de Belgique s’ouvrent comme des mémoires vivantes… Sur le squelette de ce poilu, on découvre un stylo plume en parfait état de marche. C’est celui d’Alexandre Villedieu, tué à l’âge de 29 ans. Ce fut l’occasion pour des bénévoles locaux de créer un musée souvenir à la mémoire des soldats de toutes les nations tombés sur le Champ d’Honneur.

En cette période anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 qui marqua la fin de la plus grande tuerie de l’humanité, nous vous invitons à visiter le musée de Loos-en-Gohelle sur les traces de la Grande Guerre.

Le musée Alexandre Villedieu est ouvert tous les jours. Il rassemble une collection d’objets liés à la Première Guerre mondiale trouvés pour la plupart dans la commune.
Animé par l’association « Loos sur les traces de la Grande Guerre », ce musée rend compte de la vie quotidienne des soldats dans les tranchées et de celle des habitants en zone occupée. Sont également évoquées les batailles qui ont marqué la ville en 1915 et 1917 dans lesquelles de nombreux soldats du Commonwealth étaient engagés.

L’association propose également des randonnées pour découvrir les champs de batailles alentours.

La nécropole, la basilique et la tour-lanterne de Notre -Dame de Lorette

La nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette est un cimetière militaire et mémorial français situé sur la colline éponyme sur la commune d’Ablain-Saint-Nazaire entre Arras et Lens, dans le Pas-de-Calais.

Inaugurée en 1925, elle commémore les milliers de combattants morts sur un des champs de bataille les plus disputés de la Première Guerre mondiale entre  et . Environ 45000 combattants y reposent, dont la moitié dans des tombes individuelles. Le site, comprenant le cimetière, la basilique, la tour-lanterne et le musée, a une superficie de plus de 25 hectares. C’est la plus grande nécropole militaire française. On l’appelle aussi la colline ensanglantée.

À l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, le , est inauguré un mémorial international comportant les noms de 600 000 soldats tombés sur le sol du Nord et du Pas-de-Calais entre 1914 et 1918. Il est appelé Anneau de la Mémoire et situé sur les bords de la colline de Notre-Dame-de-Lorette. Depuis le , Lens 14-18 Centre d’Histoire Guerre et Paix retrace chronologiquement et thématiquement les événements de la Grande Guerre dans les deux départements du Nord. Ce centre d’interprétation propose une vue complète et synthétique des batailles dans les Flandres françaises et l’Artois. La bataille de Notre-Dame de Lorette et les combats sur le verrou de Souchez sont particulièrement mis en avant.

Dans l’audomarois,  le « Chinese labour corps »

Parmi les traces les moins connues de la grande guerre dans notre région, il y a le cimetière militaire chinois de Ruminghem, proche d’Audruicq. Dans ce cimetière reposent 75 militaires chinois qui ont fait partie des «Chinese labour corps». Sous commandement anglais, ces hommes ont travaillé de 1917 à 1919 au déchargement et au stockage des marchandises en particulier des munitions provenant par bateaux d’Angleterre avant qu’elles soient dispatchées par camions militaires en direction du front.

Parmi ces hommes qui se sont succédés au QG anglais de Ruminghem, beaucoup sont morts de la grippe espagnole qui sévissait alors.

Aujourd’hui, le cimetière qui les accueille est installé sur un terrain offert par la France et qui est entretenu par le « Commonwealth war graves commission ». Sur les stèles remarquablement entretenues sont indiqués pour chaque victime : ses nom, prénom, l’identification du conflit, la date et le lieu du décès. Chaque stèle comporte également une inscription en anglais parmi les trois que l’on retrouve dans tous les autres cimetières chinois :

   « a noble duty bravely done »(une noble tâche, bravement accomplie)

   « Though dead he stille liveth »(même mort il continu à vivre)

   « a good reputation endures forever » (une bonne réputation pour toujours)

Le plus grand cimetière chinois du nord de la France se trouve à Nolette, à coté de Noyelle sur Mer,
dans la Somme : 841 chinois y sont inhumés.