Guy Lion : le début d’une nouvelle vie

Une école avant l'ouverture du chantier de restauration

« La fille de Guy préparait un Master lié à la coopération internationale. Une association basée au Luxembourg lui proposait un stage à l’étranger, au Maroc, au sein d’une école dans le Haut-Atlas. » Et comme le bonhomme, qui fut aussi journaliste et photographe est également un peu curieux, sans doute encore parce qu’il est un papa, il décide d’accompagner la demoiselle dans ce voyage formateur.

 

Renforcer l’aide humanitaire

C’était il y a un peu plus de dix ans. Il ne savait pas encore que sa vie venait de prendre une autre dimension, que sa retraite allait être chamboulée. Sur place, évidemment qu’il ne reste pas les bras croisés, même s’il n’est là qu’en observateur !! Il découvre des enfants traînant dans les rues. Ils sont déscolarisés parce qu’ils ne parlent que le berbère tandis que l’enseignement est en arabe. « On peut sûrement changer ça » pense le jeune retraité.

IMIMS IMIK, nécessaire pour fortifier l’aide humanitaire

Il crée une association loi 1901, IMIKS IMIK, « A petits pas » en langue berbère, pour donner une base juridique à son idée. Elle est de sensibiliser des retraités, des gens de bonne volonté ayant un peu d’expérience à partager, au service de la population marocaine. Et aussi pour lever des fonds permettant de donner corps aux projets. De quelques adhérents, la famille, des amis, IMIKS IMIK va prendre de l’ampleur, grâce à Internet, aux réseaux sociaux. Et comme dans le Cid, où « de cinq cents, par un prompt renfort ils furent trois mille en arrivant au port », ils seront bientôt cinquante, puis cent à faire savoir leur engagement.

La chantier est terminé. Avec goût et conviction, voici un résultat remarquable.

Le Maroc va d’abord en profiter. Et puis le Sénégal. Promis, vous aurez bientôt la suite

Association Imiks Imik.  Page Facebook imikasso.  

Pour aider, se renseigner : guy.lion@orange.fr.

Prochain départ le 15 mars.