Il était une fois des castors…

L’incroyable aventure des Castors de l’Esplanade de Saint-Omer

Le 1er mars 1951, l’association Castors « s’Unir & Bâtir » voit le jour à l’initiative de Julien Cornuau, menuisier, habitant rue Thiers à Saint-Omer (cf notre précédent reportage). Elle a pour objet de :

  • coordonner l’activité des Castors (ceux qui travaillent à la construction de leur logement en dehors de leur activité professionnelle propre),
  • les conseiller administrativement, juridiquement, financièrement et techniquement,
  • les représenter auprès des administrations diverses,
  • d’assurer les moyens financiers nécessaires à leur activité,
  • d’acquérir les immeubles nécessaires au but poursuivi

 

L’article 3 du règlement intérieur de l’association stipule : « les candidats s’engagent à un versement mensuel de 1000 F (soit environ 2,5% du revenu mensuel moyen d’un ménage de 3 enfants), dont 300 F à titre de cotisation pour le fonctionnement de l’association et 700 F à titre de préfinancement (achat et amortissement d’outillage et de matériel, frais généraux …) »

L’article 4 quant à lui précise l’engagement de chaque candidat à un apport-travail dont le coût horaire est fixé à 450 F.

L’article 7 concerne l’attribution des constructions qui s’établira selon : -1 / l’ordre d’inscription dans l’association, -2 / les besoins réels de l’intéressé après enquête, -3 / l’âge du chef de famille.

La liste de départ comptait 70 candidats. Ceux-ci étaient de toutes professions, de niveaux intellectuels différents et d’horizons philosophiques et politiques divers.

A la fin de l’année 1953, 43 candidats sont définitivement retenus :

1 employé de banque, 4 chauffeurs, 3 comptables, 1 cristallier, 1 employé, 1 inspecteur de police, 2 maçons, 1 magasinier, 6 mécanicien, 8 menuisiers, 1moniteur en bâtiment, 1 mouleur, 1 peintre, 1 plombier, 1 employé PTT, 5 employés SNCF, 1 représentant, 1 teinturier, etc.

Ils partageaient 3 obsessions :

Avoir un toit, pas n’importe quel toit et être propriétaire.

Beaucoup sont venus à l’association, rassurés par la réalisation des premiers Castors des Glacis et Longuenesse, par nécessité, ayant écarté la solution HLM par manque d’argent ou manque d’apport.

Ci-joint le plan masse daté de 1954 des 43 maisons avec les 12 derniers Castors à ce jour ! 1 couple, 9 femmes et un homme (illustration 1)

Le chantier a démarré le 01 octobre 1954 et la dernière maison fut terminée en juin 1956 ce qui représente 21 mois de travaux pour 43 maisons soit une maison tous les 15 jours ! Les premières familles ont occupé leur logement 13 mois seulement après le début du chantier. 600 heures de travail par coopérateur ont été nécessaires, 100 millions de francs de l’époque ont été brassés pour leur réalisation. (source E. Maréchal).

Le prochain reportage parlera de la création de la coopérative « Bâtir », des aspects financiers auxquels chaque candidat a été confronté et de la mise en place du chantier après l’acquisition du terrain.