Le tir à la perche vertical dans l’audomarois

Une tradition aux origines historiques mystérieuses

On peut s’interroger sur cette tradition qui se perd dans la nuit des temps, l’odyssée fait déjà état de tirs à la perche verticale, lors de festivités organisées pour le retour d’Ulysse. Les hypothèses sont nombreuses : Faut-il y voir un jeu à la gloire de l’habileté des archers lorsqu’ils visaient les ennemis en haut des remparts ou un autre plus pacifique pratiqué par les marins qui s’affrontaient en tirant des cibles en haut des mats lors de longue traversée ?

Le mot « papegai » viendrait aussi de l’Espagnol « papagayo » qui signifie comme en flamand « perroquet ».

Ceci amène certains historiens des jeux traditionnels à émettre l’hypothèse que ce jeu fut importé d’Amérique du sud par les Espagnols lors de la conquête du Nouveau Monde.

L’aspect très multicolore des oiseaux plaide également pour cette hypothèse. C’est Philippe Auguste qui mit en place des milices d’archers. Celles-ci s’organisèrent en confréries et prirent le nom de francs-tireurs.

Au 16e siècle, les villes se dotent d’espaces dédiés au tir à la perche verticale dite « eschampersche », auparavant les archers s’affrontaient en tirant sur les ailes des moulins à vent.

Malheureusement la mauvaise réputation   de ces guildes provoque leur dissolution à la révolution. Elles réapparaitront sous forme d’association sportive à la fin du XIXe siècle.

Mais aussi d’autres pratiques sportives anciennes dans l’audomarois

Les archers de Saint-Georges de Saint-Omer bien qu’ayant 150 ans d’existence ne se sont constitués en association obéissant à la loi de 1901 qu’en 1972. C’est l’une des plus vieilles associations sportives de l’Audomarois avec la SALSO société athlétique du lycée Alexandre Ribot créée en 1870 dont le gymnase où siègent aujourd’hui les antiquaires de la Morinie, est encore visible. Il y a à peine quarante ans, il disposait encore de tous les agrès dont les sociétés de gymnastiques républicaines de la fin du 19e siècle étaient dotées. Le vélodrome, visible rue de Longueville, quant à lui existe depuis 1896. Il permit l’organisation de courses vélocipédiques qui se tenaient depuis 1884, date de création du vélo club audomarois, sur le marché à bestiaux, l’actuelle place Perpignan.

   En 1899 le VCA fusionna avec le sport audomarois pour devenir l’actuel USSO club de football phare de la région. D’autres clubs sportifs de l’Audomarois prennent leur racine au 19e siècle avec la popularisation du sport venant d’Angleterre, notamment l’escrime et l’aviron.

Le club nautique audomarois fut créé en 1930 par Jules Joets, peintre et sculpteur audomarois bien connu.