Les Castors acquièrent un terrain en 1954

S’unir et Bâtir notre maison…

La première démarche pour les bâtisseurs fut de trouver un terrain, ou plutôt des terrains. Pas simple ! Les contacts furent nombreux, souvent infructueux, mais l’obstination des « Castors » va être récompensée. Un premier espace conviendrait, à « La Garenne », commune d’Arques. Mais Saint-Omer voit aussi ce projet participatif avec bienveillance. La mairie propose alors un terrain d’environ 12 000 m² situé à l’Esplanade. Mieux, alors que le prix réel est de 1 400 Francs le m², elle le divise par deux, 700 F le m². Finalement les deux parties se mettent d’accord sur 600 F le m². Le 26 mars 1954, le bureau des « Castors » donne un accord de principe sous réserve de l’acceptation du plan masse.
Lors du Conseil d’Administration du 30 mars 1954 (source E. M.) il est décidé de contacter le Crédit Foncier*, le MRU* et le C. I. L.* afin d’appréhender les aspects juridiques, administratifs, financiers et obtenir les différents accords préalables.
Ce qui pouvait paraître une utopie est en train de prendre corps.

Fichiers : Vue du plan masse Delcourt daté du 12 février 1954 (1954_02_12 plan masse delcourt) d’après le plan masse manuel (109-plan masse manuel)

(*) MRU : Le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, couramment appelé MRU, fut créé en 1944 par le Gouvernement provisoire de la République française du général de Gaulle. Il est représenté dans chaque département par une délégation dont la mission est l’approbation et le contrôle des plans de reconstruction et d’aménagement (PRA) du bâti détruit par fait de guerre.
C. I. L. : Association « loi de 1901 », destinée à collecter auprès des entreprises les fonds du 1 % logement. Ce système paritaire vit le jour en 1943, voulu par le patronat et les syndicats du Nord, à l’initiative d’Albert Prouvost, patron de la Lainière de Roubaix. Crédit Foncier : En 1852, les sociétés de crédit foncier sont créées. Leur l’objet est de financer des prêts immobiliers. En 1950, l’établissement participe à la reconstruction. Il finance les primes et les prêts à long terme à la construction bénéficiant de la garantie de l’État. Le décret du 9 août 1953 crée les prêts complémentaires aux fonctionnaires, consentis, notamment, par le Crédit Foncier. En 1954, il participe à la mise en place d’un Fonds de garantie des prêts spéciaux à la construction.

Dans le prochain reportage, nous aborderons la création de la Scop « Bâtir », du cahier des charges du lotissement et des plans des maisons.