Les sentinelles du territoire

Notre territoire en compte des centaines, peut-être des milliers, nichées dans les murs, bâties à un carrefour, dressées au bout d’un champ, installées parfois au milieu de nulle part depuis plusieurs siècles. Elles sont là en remerciement d’un retour de guerre, d’une guérison, ou pour honorer un saint. Les chapelles sont des lieux de culte, autres que les églises, utilisées pour des dévotions particulières, des neuvaines, autrefois les vêpres quand la religion catholique dictait sa loi. Elles ne sont pas toujours en bon état. Parfois, leur vétusté émeut les voisins, une municipalité, la paroisse qui mettent leur savoir-faire en commun ou quelques billets pour lui rendre son éclat.

Celle que nous vous présentons est cachée par le Château de la tour, l’ancien château Fardel et sa tour observatoire, mangé par le mérule et dont la municipalité de Longuenesse a voté la rénovation pour le transformer en espace culturel. Elle est toute proche de sa grande sœur, l’église Saint-Quentin, en retrait de la rue, comme si, par humilité, elle voulait se cacher.

"L'observatoire" du Château de la tour, ancien château Fardel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *