Une vie de conviction pour Guy Lion

Une politique qui change et commande le départ

Alors, Guy Lion va retrouver l’Hexagone, d’autant que la politique de l’Etat marocain change. Des enseignants bilingues sont embauchés. Et comme l’école est belle, les classes se remplissent à nouveau !

Mais que faire en rentrant après une si magnifique expérience de vie ? Guy Lion va s’intéresser à ce qui se passe chez lui, dans l’Audomarois, en devenant bénévole humanitaire dans les associations locales. Il côtoie les migrants, essaye d’atténuer la misère de ces pauvres gens de passage en quête d’une vie meilleure.

Comment mettre en avant les visages de la solidarité

Son ancien métier va alors le rattraper.

Il va photographier les visages de la solidarité, imprimer sur papier glacé les regards de ceux qui œuvrent parfois au quotidien, même s’ils ont aussi une famille, du travail chez eux, à Emmaüs, au Secours 

populaire ou Catholique, à la Croix rouge… sans rien demander en retour. Faire le bien leur suffit. Une exposition mettra en lumière leur engagement désintéressé, l’extraordinaire travail, qui peut parfois paraître ordinaire à ceux qui ne font rien, de ces bénévoles engagés.

Le Sénégal l’attend, avec des Belges

L’association IMIKS IMIK est créée, lancée, la quiétude du marais audomarois ne suffit bientôt plus. L’envie de repartir est forte. Ce sera avec des Belges cherchant des bonnes volontés pour le Sénégal. « Militaire, j’y étais déjà allé en coopération ». C’est encore une école qui a besoin de confort, de renfort. Là encore, il faut observer, identifier les besoins, définir les priorités. « Qu’est-ce qu’on peut faire pour vous aider ».

Association IMIKS IMIK. Page Facebook imikasso.

Une cour d'école avant travaux
Préscolaire après travaux
Organisation d’une sortie à la mer pour les enfants. C'est la première fois qu’ils voient la mer.