Depuis Vauban… Le Jardin Public de Saint-Omer vous est conté

A la fin du XIXe siècle, Saint-Omer subit un profond changement dans son paysage urbain, avec le démantèlement des remparts devenus obsolètes et déclassés. Dès 1850, cette question suscite de nombreux débats au sein des conseils municipaux.

Il faut cependant attendre l’année 1891 et l’intervention d’Alexandre Ribot, audomarois de naissance, alors ministre des Affaires Etrangères, pour que le Ministère de la Défense déclasse la place de Saint-Omer, entraînant le démantèlement des anciens remparts de Vauban, démantèlement qui s’étalera sur deux ans, de 1892 à 1894. Les matériaux de cet ouvrage de la fin du XVIIe siècle, servirent à combler les fossés.

La partie du front ouest des remparts sera sauvegardée afin d’y aménager le jardin public.

Un premier tracé, sur une surface de 15 hectares, est élaboré en 1892; celle-ci sera portée à 20 hectares cinquante-quatre ans plus tard…

Les travaux sont lancés

A Saint-Omer, la municipalité de François Ringot décide du lancement des travaux d’aménagement du site.  Elle décide de prendre conseil auprès de différentes personnes : M. Mongy, directeur des travaux de la Ville de Lille, fut chargé de l’étude du projet. M. de Saint-Léger, jardinier en chef de la Ville de Lille, fut choisi comme consultant sur le choix des arbres à planter. Enfin, M. Guinoiseau, ingénieur des Travaux, embauché par la Ville pour le démantèlement et la reconstruction urbaine, fut également chargé de la réalisation du parc.

En 1932, le jardin fut protégé au titre des sites inscrits étant situé entre deux terrains conservés par l’armée.

Au nord, un champ de manœuvre militaire est rétrocédé à la Ville au lendemain de la seconde guerre mondiale pour la construction d’un programme d’habitat. Au sud, un stand est vendu à la Ville en 1959 qui y installa des équipements sportifs dont la piscine découverte en 1960.

Un souterrain sous le boulevard Vauban réalisé en 1970

Dans les années 70, un passage souterrain fut percé sous le boulevard Vauban pour donner accès au jardin public depuis l’enclos de la cathédrale. Un escalier en brique assez imposant réalisé dans le pur style Vauban. Ce passage est toujours emprunté par les parents qui déposent leurs enfants à l’école Notre-Dame le matin…

 

Photo: L’entrée du souterrain du Jambon